Angers, février 1917, la naissance et la petite enfance au « Dépôt libre du Séminaire »

Abbaye Saint-Serge à Angers.

« Angers, loin du front peut-être, mais dès le 6 août 1914 les réfugiés affluent et prise au dépourvu, la ville organise des centres d’accueil à Montgazon, à Avrillé, au Grand Séminaire. Celui-ci ouvre deux centres, l’un avenue Besnadière, l’autre rue Boreau, où sont montées des tentes Bessonneau. Les rapports du délégué sanitaire d’Angers nous révèlent les conditions misérables dans lesquelles étaient accueillis ces pauvres gens – cas sans doute loin d’être unique à cette époque en France : « J’ai le regret de ne pouvoir me déclarer satisfait de ce qui se passe à l’ancien séminaire….Pas de bains-douches, pas de lavoir, une distribution parcimonieuse d’eau froide, à peu près pas d’eau chaude, pas d’isolement des contagieux, une saleté révoltante partout, une préoccupation d’économie plus qu’excessive étouffant toutes les questions d’humanité et de salubrité publique. » (rapport du 13 novembre 1914).

Le détail de la description est atterrant : pas de chauffage et une défense de faire du feu ; une lanterne d’écurie pour éclairer chaque étage ; des sacs de paille pour dormir ;pas de lavoir ; quant au sanitaire…  Tout cela représente tant pour les réfugiés du Grand Séminaire que pour la population des risques important de contamination et d’épidémies. Il y avait au Grand Séminaire environ 400 réfugiés venus de nombreux horizons : Français du Nord, Alsaciens-Lorrains (comptés à part), Belges, Tchèques, Polonais, Italiens, Roumains, Serbes et Croates. Beaucoup travaillent en ville et ne rentre au « Dépôt libre du Grand Séminaire » que pour manger et dormir. Mais les conditions sont telles que l’ordre est souvent troublé : insultes, violences, dégradations. Certes, il s’agit d’une situation provisoire, mais bien difficile à gérer. A la fin de la guerre, l’ancien Séminaire accueille l’Hôpital complémentaire 40, puis devient centre spécial de réforme sous l’autorité des services de Santé Militaire de Tours ».

(source: bulletin annuel 2002 de l’Association des Anciens Élèves et Professeurs du Lycée Joachim du Bellay d’Angers)

Joseph Wresinski nait le 12 février 1917 à Angers, alors que ses parents sont internés dans l’ancien séminaire d’Angers, à l’Abbaye Saint Serge, transformé en centre de rétention pour les personnes suspectes et indésirables. Le père, Ladislaw Wrzesinski, originaire de la Poméranie (Pologne) était en effet porteur d’un passeport allemand. La famile Wrzesinski y passera toute la période de la grande guerre. Sophie, sœur aînée de Joseph, y meurt à l’âge de deux ans, suite aux privations alimentaires.

©Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine – Diffusion RMN

Sur le même sujet, lire la page suivante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *