Paix, Justice et grande pauvreté.

Communication faite à une soirée organisée par « Pacem in terris », organisation non-gouvernementale à statut consultatif auprès de l’ONU, à New York, le 5 juin 1983

REFLEXION LIMINAIRE : LES PLUS PAUVRES, NOS GUIDES.

  Pour les plus dépossédés en ce monde, paix, justice et Droits de l’Homme sont liés, « interdépendants et indivisibles » comme il a été dit dans la Déclaration Universelle de 1948, écrite au lendemain de la seconde guerre mondiale dans l’espoir que jamais plus ne se reproduirait ce qui venait de se passer.    A travers les temps, les combats pour la justice ont mis l’accent sur tel ou tel droit en particulier, pour se dresser contre telle ou telle oppression : contre la colonisation britannique de l’Amérique du Nord en 1776, contre l’absolutisme royal en France en 1789, contre l’exploitation des ouvriers depuis le siècle dernier … Aujourd’hui, une autre oppression, plus globale menace l’humanité : celle de l’exclusion sociale des plus pauvres qui les prive de l’ensemble de leurs droits, donc de toute justice et de toute chance de se libérer de la violence de la misère.

documents

Paix Justice et grande pauvretéé

Un commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *