Vers une définition.

Dans ce document d’archives, le père Joseph Wresinski réagit à une proposition de définition du Quart Monde présentée par les volontaires qui se préparent à représenter le Mouvement à la Conférence des Nations Unies sur l’Habitat, en 1976, à Vancouver. 11 ans avant la définition de la grande pauvreté et de la précarité économique et sociale qu’il proposera au Conseil économique et social, plusieurs éléments essentiels de cette définition à venir figurent ici.

Commentaires manuscrits du Père Joseph au projet de présentation du Mouvement dans le guide du Forum de la Conférence des Nations Unies sur l’Habitat à Vancouver en 1976.

Texte proposé.

Le Quart Monde

Le Quart Monde est, dans tous les pays cette couche de population qui subsiste au bas de l’échelle sociale, là où les hommes et les femmes injustement privés d’instruction et de culture, de moyens matériels et d’aptitudes au travail, n’apportent plus à la vie de la Nation qu’une contribution à peine perceptible, ce qui accentue encore cette situation d’exclusion et la transmettent de génération en génération.

Commentaires du Père Joseph.

“ Voici ce que je propose mais ce n’est pas obligatoire ”.

“ Les sous-prolétaires forment une couche de population formée par la misère et l’exclusion. De génération en génération, ils furent refoulés au plus bas de l’échelle sociale. Là, les hommes, les femmes et leurs enfants furent injustement privés d’instruction et de culture. Sans formation professionnelle, ils n’accédèrent jamais aux possibilités d’une vie de travail normale et reconnue, ni à une vie sociale et politique digne de ce nom. Sans ressources régulières et suffisantes, les familles sous-prolétaires furent lésées des moyens économiques qui leur auraient permis d’assumer leur charge et leurs responsabilités. Cette situation engendre encore aujourd’hui, dans tous les pays, un peuple handicapé par son indigence, enfermé dans son ignorance, secoué par la violence. Afin de marquer sa spécificité et son exclusion, le Mouvement ATD Science et Service a appelé dès 1960 “ Quart Monde ” ce peuple sous-prolétaire de plus en plus à l’écart des autres couches de population dont de droit il devrait faire partie. Il voulait aussi marquer sa perdurance … ” (suite illisible)

Un commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *