Je témoigne de vous

Strophes proclamées par le père Joseph Wresinski le 17 octobre 1987 au Trocadéro, à l’occasion du rassemblement des défenseurs des droits de l’homme

Millions et millions d’enfants, de femmes et de pères
qui sont morts de misère et de faim, dont nous sommes les héritiers. Vous qui étiez des vivants, ce n’est pas votre mort que j’évoque aujourd’hui en ce Parvis des Libertés des Droits de l’Homme et du Citoyen, C’est de votre vie dont je témoigne.

Je témoigne de vous, mères
dont les enfants condamnés à la misère sont de trop en ce monde.

Je témoigne de vos enfants
tordus par les douleurs de la faim, n’ayant plus de sourire, voulant encore aimer.

Je témoigne de ces millions de jeunes
qui, sans raison de croire, ni d’exister, cherchent en vain un avenir en ce monde insensé.

Je témoigne de vous, pauvres de tous les temps, et encore d’aujourd’hui, happés par les chemins, fuyant de lieux en lieux, méprisés et honnis.

Travailleurs sans métier, écrasés en tout temps par le labeur. Travailleurs dont les mains, en ces jours, ne servent plus à rien.

Millions d’hommes, de femmes et d’enfants,
dont les coeurs à grands coups battent encore pour lutter.
Dont l’esprit se révolte contre l’injuste sort qui leur fut imposé.
Dont le courage exige le droit à l’inestimable dignité.

Je témoigne de vous, enfants, femmes et hommes
qui ne voulez pas maudire, mais aimer et prier, travailler et vous unir, pour que naisse une terre solidaire.
Une terre, notre terre, où tout homme aurait mis le meilleur de lui-même avant que de mourir.

Je témoigne de vous, hommes, femmes et enfants
dont le renom est désormais gravé par le coeur, la main et l’outil sur le marbre de ce Parvis des Libertés.

Je témoigne de vous pour que les hommes enfin, tiennent raison de l’homme et refusent à jamais de la misère la fatalité.

4 commentaires Laisser un commentaire
  1. Ce discours m’a fort insipé sur ma vie.
    et à été un rappel sur notre mission sur terre.

    Le père Joseph whresinski, fut quelqu’un de grande importance sur cette terre.

    1. Oui Freud, le père Joseph est mort physiquement mais il est toujours vivant pour nous et dans le mouvement, puisque ses œuvres, ses actions continuent a nous éclairer dans nos engagements, surtout a nous donner la force dans le combat pour le rétablissement de la dignité humaine. Le père Joseph demeure notre boussole, notre bâton de pèlerin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *