Le Dieu qui sert – Homélie du Jeudi saint, 3 avril 1980

Voilà que le Christ se met à genoux

et se fait le plus petit d’entre les siens.

Il se fait le serviteur de ces hommes qu’il a choisis,

de ces hommes qui portent en eux

des aspirations de changement,

de transformation de société, de structures. (…)

Ces hommes, qui rêvent d’un changement,

qui ont la certitude que la foule est derrière eux,

et que, par conséquent,

le pouvoir va craquer, va tomber de lui-même,

comme une poire mûre, au premier geste du Christ,

découvrent que son geste est de s’agenouiller,

de leur laver les pieds.

Il leur lave les pieds en leur faisant comprendre

que le monde changera,

que les structures se renouvelleront

dans la mesure où ils seront les humbles serviteurs,

les serviteurs des pauvres…

 

Télécharger le texte intégral ci-dessous

 

 

 

 

Lire Télécharger
Un commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *